Dégustations vidéoludiques : de l’incertitude

Je suis désormais un peu plus aguerri aux phases de combat dans Horizon Zero Dawn. Le compteur affiche plusieurs dizaines d’heures de jeu et je m’approche doucement de la fin. A la manière du lecteur qui ralentirait sa lecture pour ne pas que son expérience prenne fin, je fais mille détours pour boucler des quêtes annexes. A mesure que mes statistiques et ma dextérité augmentent, les combats changent de saveur. La production des effets de plaisirs décrits dans un article précédent persiste mais d’une part je ressens que sa nature change, d’autre part il me semble être comme mis en péril. Raconter deux phases de jeu antinomiques peut aider à saisir les différences de modalités de la dégustation.

Le plaisir de l’action incertaine : l’engagement total

Alors que je n’avais exploré qu’un quart de la carte du monde, je me suis retrouvé face à ma deuxième « zone corrompue ». Ces zones sont à chaque fois peuplées de machines particulièrement dangereuses. Elles sont l’occasion d’offrir un combat très similaire à ce qu’il peut émerger sur le reste de la carte, à ceci près qu’il m’est promis qu’il serait plus épique (plus dur) et plus gratifiant (mieux récompensé en points d’expérience, notamment) que d’habitude. Surtout, il est singulier : une fois cette grappe d’ennemis morts, ils ne reviendront pas. Ils dénotent donc des combats que l’on peut entreprendre avec les machines qui reviennent indéfiniment : il est annoncé comme facteur de progrès. Au hasard de mes déambulations, je suis donc tombé sur cette zone particulière où je me suis fait liquider à de nombreuses reprises sans qu’aucune de mes stratégies n’aie fonctionné. Pour ma défense, les ennemis avaient plusieurs niveaux d’avance sur moi et j’ignore encore si j’étais supposé avoir progressé plus tôt (ai-je loupé des quêtes annexes ?) ou si j’ai trop dévié du cheminement normal de la quête principale. Toujours est-il que je me suis fait latter de toutes les manières possibles. Cependant chaque échec me poussait à trouver une stratégie qui compenserait mes retards statistiques. Miner tout le terrain avec des pièges et utiliser la bonne combinaison d’armes m’a finalement permis de reprendre le dessus (protip : attacher les ennemis au sol quand ils préfèrent le combat rapproché). Plaisir de la victoire de l’ingéniosité sur la force brute. Plaisir d’avoir renversé les prédictions d’un match perdu sur le papier (et à mille occasion). Et puis surtout, lors de tous ces essais, j’expérimente le plaisir de me sentir engagé dans la réalisation d’une action dont l’issue s’annonce particulièrement incertaine. Après avoir bien lu et planifié l’action (cf. l’article sur le plaisir de lecture), vient systématiquement le moment d’engager le combat en décochant une première flèche. Je me sens alors comme suspendu, dans l’expectative. J’attends de voir. J’ai des espoirs, mais je ne connais pas encore l’issue de la situation. C’est ce qui fait tout le sel du moment.

Le plaisir de l’action certaine : fini de jouer ?

Bien des heures de jeu plus tard, alors que j’arbore un fier niveau 35, je tombe sur un « camp de bandits ». Comme les fois précédentes, il s’agit d’éliminer les ennemis – humains cette fois – de la zone. Le level design de ces niveaux à ciel ouvert est généralement très agréable, de par l’agencement malin de petites baraques et de barricades. Il y a quelques points d’intérêts importants à repérer, comme l’alarme qui attire, une fois activée, une escouade de quelques bagarreurs supplémentaires. Bref, j’ai pris l’habitude d’entrer dans le camp accroupi dans les hautes herbes et d’éliminer silencieusement chaque bandit. Mais pas cette fois. Cette fois, j’ai vu que mes ennemis étaient d’un niveau bien plus faible que mon personnage. Planqué à l’extérieur du camp, je décoche alors une flèche en pleine tête de l’ennemi, qui meurt instantanément. Je me lève et j’avance alors à bon rythme et j’enchaîne chaque ennemi sans difficulté, sans même qu’il ait eu le temps de s’apercevoir de ma présence. Il y en a bien un qui me voit et qui déclenche l’alarme. Là où j’aurais précédemment revu ma stratégie pour me cacher de l’escouade qui approche, je continue et je tue ces ennemis en un ou deux coups de lance, en combat rapproché. De la première à la dernière flèche, l’issue n’a fait aucun doute. Les effets de plaisirs ne sont pas les mêmes que dans la zone corrompue. Je suis concentré, je prends plaisir à viser la tête dans les limites du zoom temporaire : c’est une question d’efficacité. Je ne suis jamais mis en danger, je suis loin du saut dans le vide que représentaient les combats précédents. L’engagement est beaucoup plus froid.

L’incertitude de la réussite était la condition des effets éprouvés dans la première phase décrite. C’est son absence qui conditionne le plaisir de la deuxième. Sur le plan définitionnel, Huizinga comme Caillois définissent en partie le jeu comme une activité incertaine. Caillois en fait une des six composantes de sa définition :

« [Le jeu] est en outre une activité incertaine. Le doute doit demeurer jusqu’à la fin sur le dénouement. Quand, lors d’une partie de cartes, l’issue n’est plus douteuse, on ne joue plus, chacun abat son jeu. A la loterie, à la roulette, on mise sur un numéro qui peut ou non sortir. Dans une épreuve sportive, les forces des champions doivent être équilibrées, afin que chacun d’eux puisse défendre sa chance jusqu’au bout. Tout jeu d’adresse comporte par définition, pour le joueur, le risque de manquer son coup, une menace d’échec sans laquelle le jeu cesserait de divertir. En fait, il ne divertit plus celui qui, trop entraîné ou trop habile, gagne sans effort ou infailliblement. » (Caillois 1958 : 38)

En effet, si lorsque je dégomme ces ennemis l’esprit du jeu est toujours là, c’est parce qu’il brille par son absence. Le plaisir que je prends est dans la réduction de l’incertitude. Ce n’est plus du jeu car j’ai pris le contrôle de la situation. Le plaisir de la maîtrise vient récompenser et couronner des heures de jeu qui m’ont permis d’améliorer mes statistiques et ma dextérité. Cependant, bientôt, la certitude vient mettre en danger le jeu dans son ensemble. La sensation de maîtrise n’est pas de l’ordre de la déception (comme décrite dans l’article précédent) mais de l’amertume – c’est le genre de moment qui fait dire que toutes les bonnes choses ont une fin et qu’il faut bien s’y résigner. A mesure que je progresse dans mon appropriation de HZD, je réduis l’incertitude, et du même coup, je réduis le jeu.

Il me faut alors reprendre la route et découvrir de nouveaux ennemis plus forts pour renouveler le doute. Si je découvrais qu’il allait en être ainsi jusqu’à la fin du jeu, il serait probable que je préfère arrêter de jouer. L’incertitude qui m’occupe n’est alors plus celle du dénouement des phases d’action, mais de la provocation des effets de plaisir. Est-ce qu’il y a encore un enjeu ? Découvrir la fin de l’histoire serait-il une motivation alternative suffisante à ce que je continue de jouer ? Y-a-t-il de nouveaux monstres à combattre ? Ou ai-je définitivement épuisé le plaisir à tirer de HZD ? Dans cette phase expectative, je cherche à apprivoiser l’incertitude, celle de la dégustation cette fois. Je cherche à la comprendre, la connaître, pour maximiser la production d’effets (et donc par exemple, me guider dans mes prochains achats de jeu).

Une double incertitude pour définir le jouer ?

A l’avenir, j’aimerais analyser plus en avant les modes de relation entre l’incertitude de l’action et l’incertitude de la dégustation. Il me semble qu’il serait possible et utile de faire de cette relation un axe central d’une définition du jeu (activité). Si l’on accepte de mettre de côté tous les plaisirs du jeu (vidéo) qui ne lui sont pas propres (plaisir du graphisme, de la musique, etc.), il me semble qu’il ne reste au fond que les plaisirs liés à l’incertitude de la réalisation d’une action.

Ces plaisirs seraient encore à analyser plus systématiquement, mais cet article en fournit quelques exemples. Il y a le plaisir chaud et effervescent de la réalisation de l’action particulièrement incertaine. Il y aussi le plaisir froid et concentré de la réalisation efficace et dont la maîtrise figure la réduction de l’incertitude. J’ai aussi déjà parlé du plaisir de la lecture et de la réalisation avec style. On pourrait en citer d’autres à titre d’exploration : le plaisir du saut dans le vide dans le jeu de hasard pur (et peut-être, dans la recherche d’une prise sur cette incertitude dans les superstitions ?), le plaisir du masque dans le jeu d’acteur (vais-je coller au personnage ?), le plaisir du vertige (vais-je provoquer l’expérience désirée ?).

Jouer, ça pourrait alors être quelque chose comme s’engager dans la réalisation d’une action à l’issue incertaine, motivée prioritairement par la provocation d’effets de plaisir incertains et orientés vers la façon de gérer l’incertitude de la réalisation. Un des intérêts de ce prototype de définition est qu’il fait reposer sur l’acteur la constitution d’activités comme relevant du jeu ou non (dans la lignée de Henriot, Sicart, des études du play), en fonction qu’il y reconnaisse l’occasion de s’y engager prioritairement par goût – le caractère incertain de la réalisation de l’action étant le seul élément essentialisant de la définition. Cela veut donc dire que des situation/objets peuvent être des jeux ou non en fonction des gens. Mario n’est pas un jeu pour ma grand-mère, puisque c’est quelque chose de « gustativement » incompréhensible. Elle préfère les mots-croisés, qui relèvent plutôt de la torture de mon côté. Cela vaut pour d’autres activités humaines : la drague, le sexe, les vannes entre amis, la création artistique, le foot, la politique, la bourse, et bien d’autres choses encore peuvent être vécus comme relevant du jeu ou non. Dans leur essence, ce sont toutes des activités présentant des occasions de s’engager dans la réalisation d’actions à l’issue incertaine. En fonction de l’orientation des pratiquants à aborder cette incertitude de la réalisation comme étant autant prioritairement des occasions de créer des effets de plaisirs incertains ou non, alors ces activités entrent ou sortent du cadre du jeu. Le « prioritairement » est important : toute la littérature scientifique sur les milieux amateurs (dans le foot, dans les arts, etc.) est traversée par les débats incessants des amateurs sur la nécessaire hiérarchisation des motivations : on joue et on crée par plaisir – d’abord et avant tout. Si on créer d’abord par envie de devenir professionnel, et quand bien même on n’a pas encore gagné un euro, on a déjà quitté l’amateurisme au sens joyeux du terme. Le footballeur professionnel prend peut-être encore énormément de plaisir à « jouer », mais il y a fort à parier qu’il a depuis longtemps cessé de « jouer à un jeu » pour commencer à « pratiquer un sport ». Sa motivation à marquer un but (et sans jugement moral aucun) est peut-être d’abord liée à la prime potentielle qu’il peut toucher plutôt qu’à la dégustation de la réduction de l’incertitude de la réalisation de l’action – ce qui se comprend facilement. On peut même à cette occasion mette le doigt sur la pureté du goût amateur : le plaisir de la réduction de l’incertitude doit se suffire à lui-même. Mettre cette réduction l’incertitude au service d’une autre cause, ça serait le trahir ou le salir (ce que j’entends souvent en entretiens).

Bref, ceci n’est qu’un papier exploratoire et je chercherai à l’avenir à mettre cette hypothèse de travail à l’épreuve – notamment en pensant contre elle, en cherchant par exemple s’il y a des situations vécues comme du jeu alors qu’elles ne semblent présenter aucune espèce d’incertitude (ce qui me fera peut-être écrire un article sur Cookie Clicker). Témoignages et avis bienvenus.

Publicités

Une réflexion sur « Dégustations vidéoludiques : de l’incertitude »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s