La part de jeu dans les théories du complot

Je me suis récemment interrogé sur ce que je ferais si je devais étudier les phénomènes de fake news et de complotisme, dans le cadre d’une candidature professionnelle. Je n’ai pas eu le travail, mais cela m’a amené à formuler quelques idées que je partage ici, et en particulier une : pour comprendre le complotisme, il faut comprendre sa part de jeu. [Je ne suis pas spécialiste des théories du complot et ce billet de blog n’a pas d’autre prétention que de partager quelques réflexions éparses, à la croisée entre un vécu personnel et une étude compréhensive du jeu.]

J’ai eu une période complotiste, vers mes 15-17 ans, de mémoire. J’en ai 34, donc les souvenirs qui vont suivre sont sujets à toutes formes de remodelages inconscients. À la faveur d’un déménagement, j’ai perdu une bonne partie de mes relations sociales à l’âge de 14 ans. J’étais un ado sans doute assez banal, un peu seul, et qui se posait toutes sortes de questions sur la vie, sur la société, sur le pourquoi de l’ordre établi. J’ai commencé à remettre en cause toutes sortes de choses, et principalement l’école, qui m’était imposée et ne répondait pas à ma curiosité (à part de trop rares cours-débat en histoire et des lectures philo en français). Parallèlement, à la maison, on était passé d’un 56K à l’ADSL et je me suis construit en partie sur internet. J’y avais une autre vie sociale. Comme je l’entendais récemment dans une interview d’Antoine Daniel, à l’époque, internet n’était pas vécu comme un prolongement ou comme imbriqué dans notre quotidien, mais comme une forme de monde à côté. Je le vivais comme ça, en tous cas : j’y avais toutes sortes d’amis de tous âges, et j’ai arpenté de nombreux forums. J’ai d’ailleurs eu une activité de fan et de critique JV en amateur assez intense dans un premier temps.

Je ne suis plus très bien comment c’est arrivé, mais j’ai commencé à me renseigner sur des sujets liés à l’ésotérisme, et à me rendre sur des forums dédiés à ces questions. Ça parle de tarot, d’énergies, de croyances de toutes sortes… et de sociétés secrètes. Les Franc-Maçons, les Rose-Croix et puis … tiens, c’est quoi ça « les illuminatis » ? Progressivement je crée des relations sociales assez soutenues avec certains membres du forum. L’un d’eux était particulièrement entreprenant et avait rassemblé une petite troupe de gens qui se pensaient éclairés et qui « se prépareraient » pour ce qui pouvait arriver, sur fond de théorie du Grand Monarque. Avec le recul, la dérive sectaire à l’œuvre me semble évidente, mais c’était moins clair à l’époque. J’étais même descendu à Paris pour voir une partie du groupe « en vrai ». Un jour, un proche que j’estimais énormément m’a aidé à porter un regard un peu plus lucide sur ce groupe et j’en suis sorti.

Ce qui peut sembler étonnant, c’est que je garde de très bons souvenirs de cette période de ma vie et des innombrables lectures et des discussions qui y étaient liées. D’un côté, j’avais le sentiment d’être tout à fait coincé dans ma vie quotidienne : j’étais forcé de suivre des cours sans qu’on m’en explique le sens, j’étais assez mal à l’aise socialement en dehors de mes quelques amis, et je n’avais aucune idée de quoi faire de ma vie. De l’autre, dans ma bulle de complotistes, tout semblait possible. On pouvait relire le passé, produire toutes sortes d’interprétations de faits d’actualité, et imaginer des hypothèses sur la suite. Le complotisme est une pratique qui réinjectait de l’incertitude dans l’interprétation à donner des faits. Je pouvais travailler le sens à accorder au donné.

Il y avait, pour moi, une forme de plaisir produit par la gestion de cette incertitude : l’on se retrouve en position de sujet, et non plus soumis à l’information, et l’on peut récolter, désassembler et réassembler des éléments pour produire de nouvelles situations, théories, croyances. Prendre plaisir à gérer l’incertitude, c’est justement ma définition de ce qu’est jouer. Le plaisir décrit ici est de l’ordre du jeu créatif. Il y a une part de jeu dans le complotisme, qui témoigne de plusieurs besoins : ceux de se sentir sujet, de réintroduire de l’incertitude dans sa vie, de prendre du plaisir à gérer cette incertitude. [Précision pour les non-habitués du blog : « Jouer » ici ne doit pas être compris comme « faire semblant », il ne s’agit pas de dire que les adhérents aux théories du complot ne croient pas « vraiment » à ce qu’ils disent (ça pourrait être discuté, mais ce n’est pas le sujet ici), ou que c’est abordé comme quelque chose de « léger ».]

Cela a largement été dit et commenté : le complotisme témoigne aussi d’une défiance envers les institutions légitimes. C’est aussi une condition pour que le jeu du complotisme puisse se déployer : il faut s’extraire des règles en vigueur, y-compris de ce que l’on considère usuellement comme relevant de la rationalité de base. Il est tentant, dès lors, de considérer le jeu du complotisme comme le mauvais jeu, la paidia enfantine ou barbare (au sens d’en dehors de la civilisation). L’on pourrait mettre en valeur, en comparaison, la pensée critique, jeu aux règles autrement plus rigoureuses et arbitré par les pairs. L’on retombe alors sur un mépris de classe bien connu des sciences du jeu (les échecs sont nobles, Fortnite non) dont il faudrait se méfier dans une visée compréhensive. Pour tout dire, je crois que l’on ignore, par manque d’étude, à quel point le jeu du complotisme et chaotique ou réglé. Prendre conscience de cette ignorance est un premier pas.

Je ne suis pas en mesure de tirer quelques conclusions à ce stade (si ce n’est que l’on a urgemment besoin de re-démocratiser nos sociétés, mais qui en serait étonné ?), mais il me semblerait intéressant de réaliser des terrains compréhensifs auprès des premiers concernés en considérant le complotisme comme une pratique culturelle, créative et ludique – afin de saisir tout ce qu’elle permet, offre, et produit pour ses praticiens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s